Sous alimentation : Les 5 signes qui montrent que tu ne manges pas assez​

Sous alimentation : Les 5 signes qui montrent que tu ne manges pas assez

Beaucoup de personnes qui veulent changer de poids, se sous-alimentent pendant une longue période. C’est beaucoup plus connu sous le nom de “Régime”. La sous-alimentation pendant une courte période chez une personne qui a globalement un poids “sain” fait peu de dégâts, mais pour certaines personnes, la sous-alimentation devient un mode de vie. La sous-alimentation peut prendre plusieurs formes :

  • Restriction calorique pour garder le poids sous contrôle
  • Restriction alimentaire sévère pour garder le poids sous contrôle strict
  • Élimination des groupes d’aliments spécifiques tels que toutes les graisses ou tous les glucides en raison de craintes pour la santé ou de la peur de prendre du poids
  • Programmes d’alimentation “propre” qui rendent certains aliments mauvais ou dangereux. Les partisans de la saine alimentation culpabilisent les personnes qui mangent ces aliments, ce qui signifie que si tu manges “un aliment interdit”,  tu es également une mauvaise personne. Les aliments interdits (par ce type de personnes) peuvent inclure la viande, les glucides, les produits laitiers et la «farine blanche»
  • Se sous alimenter, et réfléchir comme une personne boulimique qui aurait peur de manger et devenir incontrôlable
  • Sous-alimentation extrême chez une personne qui a une compulsion malsaine pour atteindre un poids corporel très faible comme dans l’anorexie mentale
  • Surentrainement, sans manger suffisamment pour ton activité
une femme renonce à un plat - sous nutrition

Voici les 5 signes qui peuvent vous indiquer que tu ne manges pas assez

1. Ton poids ne bouge pas

La sous-alimentation est généralement associée à un surentraînement. Un déficit calorique modifiera votre métabolisme grâce à un processus d’adaptation conçu pour maintenir votre corps le plus près possible de l’homéostasie (état d’équilibre : poids qui ne bouge pas). Mais en conséquence, vous verrez : des changements dans les hormones thyroïdiennes, une suppression des hormones sexuelles et une augmentation des hormones de stress. 

2. Tu perds ta libido, ou tes règles

La sous-alimentation qui de plus serait couplée à un surentrainement va augmenter tes hormones de stress comme indiqué dans le point n°1. Dans un état d’alerte ou de stress, le corps ne permettra pas les fonctions de reproduction humaine et par un processus hormonal bloquera toutes les manières d’y aboutir. Cela se traduit pas une perte de règle (aménorrhée) ou un perte de libido 

3. Tu perds tes cheveux

c’est l’un des premiers signes d’une carence nutritionnelle. Elle est exacerbée par une diminution des taux d’hormones sexuelles due à la sous-alimentation, ce qui conduit à une hypothyroïdie.

4. Tu as toujours froid

Un faible apport énergétique entraîne moins de stockage d’énergie et de conversion d’énergie = température corporelle basse. Une thermogenèse diminuée est le résultat d’une diminution de l’apport calorique. Notre métabolisme a besoin d’énergie pour produire de la chaleur et ce manque de calories à long terme perturbera ton système hormonal

5. Tu n'arrives pas à t'endormir

C”est l’un des premiers signes que nous voyons lorsque les gens mangent pas assez. Lorsque tu ne manges pas assez, ton foie n’a pas assez de glycogène stocké pour maintenir ta glycémie stable (taux de sucre dans le sang). Cela amène votre corps à libérer des hormones de stress pour créer du nouveau glucose. Lorsque les hormones du stress augmentent, tu ne dors pas.

En conclusion

Il est donc important de garder à l’esprit que le fait de ne pas assez manger aura un impact souvent faible à long terme sur son poids et son physique mais un impact énorme sur sa santé physique et mentale.

Manger de manière équilibrée tous les macro-nutriments et micro-nutriments et surtout ne pas se couper des aliments tels que les glucides qui sont souvent diabolisés. Si tu veux connaitre l’impact des glucides sur ta santé et ta forme, lis cet article 

Ne pas se couper des “gras” qui eux aussi sont critiqués à tort, mais plutôt les connaitre, pour les diversifier et assimiler les “bons gras” (clique sur le lien si tu veux savoir quels sont les bons gras à manger”)

Il faut avant tout privilégier la qualité des aliments avant de considérer les quantités ! 

Share this post

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter